Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/02/2012

Libre, François Bayrou est le seul à pouvoir véritablement moraliser la vie politique

Samedi 25 février 2012, François Bayrou a tenu son quatrième grand forum thématique, sur les questions de justice, de démocratie, des contre-pouvoirs (notamment sur l'indépendance de la presse). Edwy Plénel était invité de la troisième table ronde, ainsi que  Jean-François Kahn, délectant l'auditoire d'excellentes interventions bruyamment applaudies, Edwy Plénel citant Tocqueville qui  menaçait la démocratie du risque de "dictature douce" ou encore, à propos des atteintes faites à la démocratie, Péguy qui disait "Il y a quelque chose de pire que d'avoir une âme perverse. C'est d'avoir une âme habituée". 

Retenons aussi le remarquable discours de clôture de François Bayrou, dénonçant les dérives et abus du pouvoir, les conflits d'intérêt, les relations incestueuses du pouvoir avec le monde des médias et des puissances financières, annonçant s'il est élu président en 2012 un référendum sur la moralisation de la vie politique, le 10 juin, le même jour que le premier tour des élections législatives, incluant les propositions suivantes :

Les 12 propositions de François Bayrou :

1/ Fixation des règles de composition d'un gouvernement resserré de moins de 20 ministres.

2/ Cumul des mandats "interdit" pour les députés dès les législatives de juin, "limité" pour les sénateurs.

3/ Délégation de vote supprimée et donc présence obligatoire des députés pour voter les lois; tous les votes seront publics.

4/ Fixation des principes d'une nouvelle loi électorale et d'une nouvelle composition de l'Assemblée nationale: nombre des députés diminué d'un tiers, "de l'ordre de 400" au lieu de 577 aujourd'hui. Elus pour trois-quarts au scrutin majoritaire actuel et pour le quart restant à la proportionnelle. Réduction du nombre de sièges applicable au Sénat.

5/ Reconnaissance du vote blanc à toutes les élections.

6/ Obligation effective de parité hommes-femmes.

7/ Suppression de "la myriade de micro-partis individuels ou de complaisance".

8/ Définition du conflit d'intérêts pour les responsables politiques, pour les hauts fonctionnaires (obligation de déclaration publique des intérêts privés avant l'entrée dans la fonction et lors de toute modification, fixation des incompatibilités), création d'une Autorité de déontologie de la vie publique pouvant être saisie par les citoyens.

9/ Interdiction du retour dans la vie publique des élus condamnés pour corruption.

10/ Indépendance de la justice. Le ministre de la Justice aura un statut particulier. Sa nomination, proposée par le duo exécutif, devra être soumise à l'approbation d'une majorité qualifiée du Parlement, devant qui il sera individuellement responsable et par qui il pourra être censuré. C'est lui qui conduira au nom du gouvernement la politique pénale de la nation.

11/ Indépendance des médias. Abrogation de la procédure "scandaleuse" qui fait de la nomination des présidents de l'audiovisuel public l'apanage personnel du chef de l'Etat.

12/ Procédure nouvelle pour éviter les nominations de complaisance et les soumettre à une approbation du Parlement et non pas à la "pseudo-approbation" actuelle.

Compte tenu de toutes les affaires, les casseroles, que traînent l'UMP et le PS depuis des années où il ont conduit le pays en alternance et en monopolisant le pouvoir, seul un homme (ou une femme) honnête, intègre et libre de ces appareils, non tenu par des parlementaires qui n'accepteront jamais de lâcher leurs privilèges, peut proposer une telle refondation, peut s'engager enfin à ce que ces promesses, tant attendues par nombre de Français, soient enfin traduites dans les actes. Et ceci dès le vote en référendum, approuvé par les Français eux-mêmes (notamment le non cumul des mandat pour les députés élus en mai prochain !). Seul le point 4 sur la nouvelle loi électorale, diminuant le nombre de députés et instituant 25% de scrutin à la proportionnelle, ne peut être mise en place que pour la prochaine législature, car elle nécessite un travail préparatoire, un redécoupage des circonscriptions).

François Bayrou est cet homme-là. Il a de plus de l'expérience et vise réellement la reconstruction du pays, dans un esprit d'unité nationale et non plus d'affrontement camp contre camp. Eva Joly aurait pu aussi, en tant que femme intègre et soucieuse des mêmes objectifs, mais son parti, trop lié au PS, n'est pas libre. Jean-Luc Mélenchon non plus n'est pas libre et quand il prône une Assemblée constituante et exhorte les citoyens à "reprendre le pouvoir" dans un esprit révolutionnaire, alors qu'il annonce son ralliement au PS, ce n'est pas crédible. Corinne Lepage également, mais qui pèse si peu électoralement et qui n'a pas la potentialité de François Bayrou d'atteindre le second tour.

Il est temps de tourner la page, de donner un grand coup de balai ("Escoubat !" comme on dit en béarnais ...).

Extrait du discours de François Bayrou :

"Cette moralisation de la vie publique qui traîne depuis trente ans, dont tout le monde parle depuis trente ans sans que jamais rien ne change, cette moralisation de la vie publique, je considère qu'il est vital, vital pour la France, de la conduire maintenant à son terme. 

... Je ferai une vie politique honnête et insoupçonnable parce que je serai un président libre, lié à aucun réseau, ne trimbalant aucune affaire lointaine et que j'aurai pour le faire le soutien des Français.

... J'en suis arrivé à une certitude : le monde politique tel qu'il est dominé par les deux partis du monopole du pouvoir est incapable de se réformer lui-même. Or la réforme est vitale pour retrouver l'estime du peuple envers ses élus et ses dirigeants et pour que cessent les manipulations et les manoeuvres. Elle est nécessaire en particulier et surtout pour redresser la France et la sortir de la crise, car la condition du redressement, c'est la confiance retrouvée. Pour rétablir les principes de la République, les simples principes de l'éducation civique, il faut donc en passer par la seule autorité qui vaille, qui est l'autorité directe des Français. "


AGENDA 2012/2020, 4ème Forum, Démocratie... par bayrou

Commentaires

Comment dire? La deuxième était bien plus intéressante....
Bonne nuit.

Écrit par : Martine | 27/02/2012

bonjour Marianne
j'ai envoyé deux articles favorables à Bayrou :
- lettre ouverte à François Bayrou
- Mélenchon, un affidé au bipartisme
pouvez-vous voter la publication de ces articles, et donner le score ?
sans l'aide d'alliés, ces articles révélant qui est Hollande seront censurés
et effacer ce commentaire
merci

Écrit par : eole | 27/02/2012

Euh...En Occitan, le béarnais en faisant partie intégrante, certes avec ses dérivés propres comme en bien d'autres départements, néanmoins le tronc reste commun.
Dslée pour la lecon!
Ensuite, "escoubat" ne signifie aucunement tourner la page :p
Bien le bonsoir à "troussage de soubrettes", la veillesse est un naufrage dit-on, vais finir par le croire.

Écrit par : Martine | 28/02/2012

Écrire un commentaire